L'enjeu de la parole

conférence thématique à propos de 

Bernard-Marie Koltès

 

galerie photo

revue de presse

dossier 

dates à venir

 

conférence donnée à Mix'Art Myrys à Toulouse en 2017 sur invitation de la cie Tempo Théâtre dans le cadre de la représentation des pièces La nuit juste avant les forêts et Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltès.

 

 

 

Koltès, mort en 1989, pose frontalement la question du théâtre à l'heure du libéralisme.

 

« Koltès a écrit cette pièce en 85/86. Il pose la question de la parole dans un monde dominé par l'idéologie de la consommation. Dans ce contexte, peut-être la position acceptable est elle celle d’un sujet qui tente de soutenir son désir, qui essaie d’inventer un espace tiers. Il ne s'agit ni de parler à l'intérieur d'un cadre préformaté, ni à partir d'un espace de la dérégulation (sinon, ce qui va dominer c'est la violence, la loi du plus fort, la loi de la jungle). Il faut négocier un espace de parole qui ouvre un espace tiers.

On sait ce qui fait au monde qu'un homme rencontre un autre homme : être là en même temps « à cette heure et en ce lieu ».

Il semble que chez Koltès, le théâtre pourrait être ce lieu des rencontres impossibles : lieu qui oblige à regarder, à se parler, un espace tiers. On rappellera qu'il compare la solitude à la rencontre entre un chien et un chat. Conception éthique du théâtre chez Koltès : c'est le lieu expérimental de rencontres impossibles.

Une utopie ? »

Laurence Riout

Koltes bon format